Aucune utilité contre les crues importantes

Un barrage à Sivens ne régulerait pas les crues importantes

 

Régulièrement, notamment lors de l’enquête publique, des partisans du barrage de Sivens prétendent que le barrage de Sivens servirait à éviter des inondations dans la vallée du Tescou et à Montauban. Non seulement ce n’est pas le cas, ni à Sivens ni à Fourogue mais les experts envoyés par le Ministère ont considéré que les crues récentes ne posaient pas de problèmes importants.

 

Ce type de barrage n’est pas prévu pour réguler les crues

 

Nulle part dans le dossier soumis à l’enquête publique et dans la communication des porteurs du projet il est fixé au barrage de Sivens l’objectif de réguler les crues. C’est normal puisque ce type de barrage ne peut pas réguler les crues. L’exemple du barrage de Fourogue, très similaire de celui prévu à Sivens, le démontre.

 

Un document de Préfecture du Tarn daté d’avril 2012 « Bassin de la Vère - Plan de Prévention du Risque "inondation" – Projet de note de présentation » l’explique dans un chapitre spécifique (c’est nous qui soulignons dans le texte) :

 

IV.7. L’INFLUENCE DU BARRAGE DE FOUROGUE SUR LES CRUES DE LA VÈRE

 

« Le barrage de Fourogue a été construit en 1998 en amont bassin de la Vère, sur le territoire des communes de Mailhoc et Cagnac-les- Mines. Compte tenu du tassement (normal) de la digue sur laquelle est implanté le déversoir, la capacité maximale atteinte est actuellement de 1 210 000 m3 (voir la carte du réseau hydrographique). […]

 

La protection contre les crues n’est pas considérée comme un des objectifs du barrage. Le graphique montre que le réservoir est rempli jusqu’à sa capacité maximale de 1,2 Mm3 de février à juin.

Pendant cette période le barrage déverse systématiquement à chaque crue. En 2008, nous avons observé que le barrage a été plein de mars à juin. Lors des crues du 21 avril et du 30 mai, il a déversé la totalité de la crue.

 

L’influence de ce barrage sur les crues de la Vère est une question qui a donné lieu à de nombreuses réflexions et affirmations qui s’avèrent erronées. Les citoyens, élus, etc.…, considèrent trop souvent – à tort - que les barrages mettent à l’abri, une fois pour toutes, les secteurs précédemment vulnérables, comme ceux qui ont été inondés par les crues de mars 1930 et décembre 1981.

 

Les possibilités de régulation des crues à partir de ce réservoir sur la Vère sont pratiquement nulles. Tout au plus permet-il d’amortir certaines petites crues, et seulement, en certaines périodes de l’année.

Les ouvrages de protection (digues, remblais, barrages, bassins de rétention, etc…) sont considérés comme transparents vis-à-vis d’un événement exceptionnel. En effet, ils servent à réguler les petites crues en fonction de la capacité de stockage qu'ils ont disponible, mais n'ont aucun rôle dans le cas d'une crue exceptionnelle ».

 

Les crues ne posent pas de problèmes importants

 

Dans leur rapport intermédiaire « Conclusions de la mission pour le projet Tescou » diffusé en décembre 2014, les deux experts envoyés par la Ministre Ségolène Royal font part de leurs conclusions sur ce point :

 

4.2.3 Les crues et les inondations

 

« Les travaux réalisés sur l’aval du Tescou et en berges du Tarn ont permis que la très forte crue du Tescou de mai 2013 (110 m3/s), parmi les plus importantes enregistrées sur ce cours d’eau, ne crée pas de dommages majeurs dans le quartier de Sapiac à Montauban. Les portes pour protéger le quartier de Sapiac des crues du Tarn ont récemment produit leurs effets bénéfiques lors de la crue du Tarn de décembre 2014 montrant leur efficacité.

 

La concomitance d’une crue du Tescou avec une importante crue du Tarn qui en entraverait l’écoulement reste cependant possible avec des conséquences atténuées. Les conséquences propres de la crue du Tescou entre Saint-Nauphary et Montauban étaient modestes et ont dû le rester sauf si les urbanisations récentes de la plaine du Tescou s’étaient réalisées en zone inondable, sujet qui n’a pas été abordé dans le contexte de ce projet ».

 

 

 



Les réactions

Avatar Abricot

Bonjour , je vous fait remarquer que si la barrage ce fait la zone humide sera plus humide, la biodiversité sera plus importante, oiseaux d'eau, poisson, algues, insectes, arbres sur la rives, flores, , la faunes sauvages sera sauvegardée grâce à l'eau.
Du point de vue de la nature , il est plus avantageux de faire le barrage.
Ce qu'il faut demander , c'est de compenser carbone la perte des arbres, donc les déplacer sur la terre ferme...
L'eau est source de vie, ne la gâchons pas !

Le 15-02-2015 à 06:44:58

Avatar Jean-Nicolas AUDOUY

Abricot, c'est vrai ce que vous dîtes, mais en toute petite partie seulement: une zone humide, ce n'est pas un lac comme celui qui sera derrière le barrage.
C'est sûr, le lac pourra accueillir un certain nombre d'espèces (poissons, roseaux et batraciens sur les bords) mais comme son niveau variera très fortement (l'utilisation des eaux pour soutien d'étiage et irrigation fera en effet que le lac baissera rapidement en été et sera presque vide en début d'automne), les secteurs humides au printemps (lac plein) seront totalement desséchés en fin d'été et à l'inverse, les bords du lac de fin d'automne seront noyés sous plusieurs mètres d'eau en hiver et au printemps et il y a fort peu d'espèces qui tolèrent autant de variations de niveau.
Sns compter que dans un lac (eau stagnante), certaines espèces (larves de certains insectes, certains poissons)..) qui vivent dans le Tescou au niveau de la zone humide et préfèrent des eaux courantes ne seront plus du tout à leur aise.
Et pour finir, le barrage sera une coupure écologique majeure, empêchant la circulation amont/aval des poissons et d'autres espèces, pourtant vitale pour certains d'entre eux. Ce n'est pas nouveau: les saumons ont en partie disparu à cause de çà et sur les rivières où il y a beaucoup de barrages, certains poissons tels que les truites sont plus rares qu'avant.
Au final, il y aura donc non pas une disparition des milieux humides, mais un considérable appauvrissement de leur biodiversité si le barrage voit le jour!

Le 29-10-2015 à 19:29:29

Réagir


CAPTCHA