Rapports sur la gestion des étiages

Synthèse pour ceux qui n'auront pas le courage de le lire les rapports (téléchageables en fin de page), un résumé ci-dessous : 
 

Données sur le barrage : volume 820.000 m3 - pour irrigation 540.000 m3 ( 66%)- Pour soutien d'étiage 280.000 m3 (33%). Mis en service en 2008.
 

Sur les 7 ans d'utilisation du barrage (2009 à 2015) :

  • Le prélèvement pour l'irrigation à l'aval du Thérondel se situe, en moyenne, à 220.000 m3, soit 41% du volume autorisé (540.000 m3)
  • Il était à 33 % l'an passé (alors qu'on Vie Eau Tescou nous annonçait ma mort des agriculteurs) et à respectivement 8% en 2014, 22 % en 2013, 39% en 2012, 50 % en 2011 et 56% en 2010. Seul en 2009 a été utilisé 90% du volume utilisé. Ils ne payaient pas l'eau !


Le soutien d'étiage 
La situation n’est guère meilleure que sans le barrage. La raison : ils la donnent dans le rapport page 34 : 
"A la lecture du présent rapport on constate que le DOE au sens du SDAGE (pour rappel VCN 10 supérieur ou égal à 80 par l/s soit fois 0,8 fois le DOE) n'est respecté que 2 années sur 4 entre 2012 et 2015, et que les valeurs de 80 ou 100 l/s sont régulièrement franchies alors même que des volumes d'eau sont disponibles dans l’ouvrage." 
 

En résumé, ils n'arrivent pas à gérer les lâchés pour un barrage à 12 km de St Naupahry. On peut vraiment douter qu'ils pourraient géré l'étiage avec un barrage situé à 30 km, soit 3 fois plus loin !!! 

La participation des irrigants aux frais d'exploitation : 
Depuis la création du barrage, les irrigants participent pour 41% aux frais d'exploitation, alors que les 2/3 du volume du barrage leurs sont réservés. 
Il est vrai que sur des dernières années 2014 et 2015 ils ont participé respectivement pour 59 % et 68 % aux frais d'exploitation. Mais il faut dire que le barrage s'est rempli naturellement et a eu très peu besoin de pomper, ce qui se traduit par des frais d'électricité très faible. 

Le remplissage du barrage par les apports naturels : 
La CACG, dans son étude, prévoyait un remplissage médian (1 année / 2) de 445.000 m3 (soit 54 % du volume). Or sur les 7 ans, la médiane se situe à 124.000 m3 soit à 28% des prévisions. 

En résumé :
La CACG a tout faux , mais elle doit le savoir qu'elle a faussé ses chiffres pour faire des affaires. 
Voilà qui montre qu'un nouveau barrage à Sivens n'est pas la bonne solution, en tous les cas pour le soutien au débit d'étiage.

 

Télécharger le RAPPORT DES CAMPAGNES DE SOUTIEN D'ETIAGE 2010 ET 2011

du barrage de Thérondel (82)

 

Télécharger le RAPPORT DES CAMPAGNES DE SOUTIEN D'ETIAGE 2012 ET 2015

du barrage de Thérondel (82)

 

Réalisé par le Conseil Général de Tarn et Garonne.

 

 



Les réactions

Avatar Junichi

Heck yeah babe-ye keep them coming!

Le 05-01-2015 à 17:04:41

Avatar Kiona

This arcltie keeps it real, no doubt.

Le 07-01-2015 à 04:25:06

Avatar Zhannast

That's the thikning of a creative mind

Le 13-01-2015 à 09:24:50

Réagir


CAPTCHA