Capture des poissons sous protection policière

Comme le 13 novembre, la CACG a envoyé une équipe de naturalistes pour capturer la lamproie de planer, seul poisson faisant partie des 94 espèces protégées identifiés sur la zone humide du Testet.

 

Mais cette fois-ci, la Préfecture avait mobilisé de nombreuses forces de l'ordre pour empêcher les opposants de géner cette capture. Environ 40 gendarmes étaient mobilisés, faisant un cordon le long de la rivière et entourant les naturalistes lors de leurs déplacements jusqu'à leur voiture. Pour éviter toute confrontation, les opposants n'ont pas cherché à empêcher la capture par tous les moyens.

 

Informés par le Collectif, plusieurs journalistes sont venus (France 3, La Dépêche, Radio 100%...). Le Collectif est intervenu en direct du journal de Radio Albigés alors que Roland Foissac, conseiller général communiste, expliquait en studio son appui à la demande de moratoire du barrage de Sivens.

 

Voir le reportage de France 3 Tarn (25/11/13)

Voir l'article de la Dépêche (26/11/13)

 

Un peu avant 12h, les naturalistes et leur essaim de gendarmes ont ramené leurs prises à leur voiture. Encadrés par plusieurs voitures de gendarmerie, les naturalistes sont allés relâcher les poissons capturés en amont du site du chantier.

 

 

Voir d'autres photos

 

Selon l'arrêté préfectoral donnant une dérogation à la CACG pour détruire des espèces protégées, la période pour capturer la lamproie de planer est limitée à octobre et novembre 2013 puis à décembre 2014.  C'est pour s'assurer que le chantier ne serait pas bloqué pendant 1 an (si la capture n'avait pas pu être faite d'ici le 30/11) que la Préfète a décidé de faire évacuer des poissons sous haute protection policière...

 

C'est un signe que la Préfète est prête à utiliser de gros moyens (financés par les contribuables) pour réaliser le barrage de Sivens. le passage en force continue et il faut augmenter la mobilisation dans la perspective d'un risque de déboisement.

 

Le Collectif et d'autres opposants au barrage sont allés cet après-midi demander, notamment, au Conseil Général de s'engager sur le gel des interventions sur la zone humide jusqu'à ce que le tribunal administratif se prononce sur son recours. Voir action au Conseil Général.

 

Le Collectif appelle ses membres et toutes les personnes qui demandent un moratoire du barrage de Sivens à venir chaque matin sur le site du projet pour s'assurer que les travaux ne se poursuivent pas.

 

Nous comptons sur votre mobilisation !
 

 

 


 

Le Collectif bénéficie du soutien financier de la Fondation pour une Terre Humaine pour l'aider à mener à bien la mobilisation publique et médiatique nécessaire à la sauvegarde de la zone humide du Testet.

 

 



Réagir


CAPTCHA