Déboisement repoussé à septembre !

C'est désormais officiel, le déboisement irréversible de la zone humide du Testet ne pourra pas être tenté avant septembre prochain. L'arrêté préfectoral actuel permettait le déboisement en mars et il n'a pas eu lieu.

 

Selon les déclarations de la Préfète dans les médias (voir les infos parues dans les médias locaux et nationaux récemment) et du Président du Conseil général lors de la session de vendredi 5 avril, il ne semble pas qu'un nouvel arrêté soit prévu. Un déboisement sur la période d'avril à août menacerait la nidification d'espèces protégées.

 

C'est une excellente nouvelle pour tous les opposants au barrage de Sivens et l'espoir que les pouvoirs publics acceptent enfin de discuter des alternatives.

 

Notre Collectif va prendre des initiatives dans ce sens dans les prochaines semaines.

 

Enfin, pour expliquer les raisons de leur refus du barrage et les alternatives possibles, les différents opposants au barrage organiseront des activités le week-end des 26 et 27 avril.

 

Réservez dès maintenant ces dates, plus de détails bientôt sur le site et dans notre lettre d'informations hebdomadaire (voir en haut à gauche "Recevoir des nouvelles tous les lundis").

 

Merci encore pour votre soutien qui a permis de sauver la zone humide du Testet durant cette période critique !

 

L'équipe d'animation du Collectif

 


 

Le Collectif bénéficie du soutien financier de la Fondation pour une Terre Humaine pour l'aider à mener à bien la mobilisation publique et médiatique nécessaire à la sauvegarde de la zone humide du Testet.

 



Les réactions

Avatar Jean François WOLFF

Ce report est en effet une bonne nouvelle.
Mais moi même participant au collectif francilien de soutien aux opposants au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes, et sachant très bien que les "autorités" malgré du surplace ou un recul apparent, selon les moments, comme pour vous maintenant n'ont toujours pas renoncé, je continue d'être inquiet pour l'avenir. Je ne vois pas vos gros maïsiculteurs locaux ni la "société d'aménagement de l'Aquitaine" renoncer, les 1ers à une gisement aquifère "providentiel" pour leur productivisme, la seconde à des profits qui promettent d'être très juteux.
Je crains donc que ce que vous envisagez de faire, en tout cas ce que vous en exposez ici, ne soit pas suffisant, non pour les faire reculer (Ca leur arrive, la preve!...) mais pour les FAIRE RENONCER DEFINITIVEMENT A CE PROJET DESTRUCTEUR.
Et quand vous dites: "L'espoir que les pouvoirs publics acceptent enfin de discuter des alternatives", quelles seraient ces alternatives? Ca m'inquiète aussi, car à part laisser ces lieux précieux écologiquement ds l'état où ils sont, je ne vois pas ce qu'on envisager comme alternative bénéfique pour eux.
Dans l'attente d'en savoir plus.
Un conseil: renforcez vos habitats, vos défenses sur le terrain, pour le cas où ils reviendraient vous expulser.

Le 07-04-2014 à 09:09:29

Avatar Jean François WOLFF

Excusez les coquilles, j'aurais du me relire davantage.

Le 07-04-2014 à 09:12:15

Avatar Jacques Adam

Bonjour,
Parce qu'il est nécessaire de fédérer nos luttes , SOS LOIRE VIVANTE vient de mettre un article sur son site http://www.sosloirevivante.org/ avec des liens sur l'affiche pour les 26 et 27 Avril.
Vous devez vous rapprocher des grandes associations ou fédérations, sans exclusive (amis de la terre, FNE, WWF,Confédé Paysanne,syndicats ONF, Nicolas Hulot...) et leur demander qu'ils soient présents sur le terrain et dans vos documents de com'.
En même temps, il n'y a que l'occupation du terrain qui puisse exprimer notre détermination (cf. chronologie du combat de SOS Loire Vivante sur notre site : 5 ans d'occupation jusqu'à l'abandon du barrage de Serre de la Fare à 15 Km en amont du PUY en VELAY!) et les obliger à réfléchir à d'autres solutions pour l'utilisation de l'eau en agriculture.....
Suggestion : comptez donc les agriculteurs dans votre département et comparez le budget PAC, barrages, subventions aux ASA pour l'irrigation, détaxation du carburant,...aux sommes attribuées aux autres professions...
Pourquoi un étudiant ou un demandeur d'emploi n'aurait pas droit lui aussi à du carburant détaxé ?? et à l'équivalent des sommes dépensées par les collectivités pour réaliser ce barrage surdimensionné ??
Allez, courage les amis, on lâche rien !
Jacques ADAM co-fondateur du Comité SOS LOIRE VIVANTE

Le 14-04-2014 à 23:46:13

Réagir


CAPTCHA