Patrimoine sacrifié et appel à la fin des violences

Gaillac, 20 septembre 2014

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 Action dimanche dénonçant le patrimoine naturel sacrifié

et appel à la fin des violences

 

Ce week-end, se dérouleront en France les Journées du Patrimoine sous le thème « Patrimoine culturel, patrimoine naturel ». En hommage à ce patrimoine culturel et naturel qu'était la zone humide du Testet et toutes les espèces qu'elle abritait, le Collectif et ses partenaires appellent à un nouveau pique-nique familial dimanche 21 midi sur le site prévu pour le projet de barrage de Sivens.

 

Nous invitons tous les participants au pique-nique à apporter des croix avec comme inscription "patrimoine tarnais 2014" et/ou des linceuls (draps blancs). Ce cimetière rappellera que le Conseil Général et la CACG ont défriché par la force, fournie par la Préfecture, une trentaine d’hectares de notre patrimoine commun et accueillant une biodiversité exceptionnelle dans le département. 

 

Voir les photos des croix

 

Photo prise lors du rassemblement le 21/09/14

 

Le Collectif et ses partenaires espèrent que cette manifestation pacifique et populaire (autour de 1000 participants ces deux derniers dimanches) ne fera pas l’objet d’intimidations par les forces de l’ordre (nombreux contrôles tatillons des véhicules et verbalisations dimanche dernier).

 

Par ailleurs, le Collectif réaffirme qu’il condamne fermement tous les actes de violence, physique et matérielle, d’où qu’ils viennent et appelle tous les acteurs (opposants et partisans du barrage, riverains, élus…) à l’apaisement. Des agressions sont dénoncées parmi tous les acteurs, certaines ont été démontrées (plaintes et attestations médicales), d’autres ont pour origine des rumeurs. Les agressions physiques et les menaces de mort sont évidemment disproportionnées avec les enjeux du barrage de Sivens ou avec les dégradations matérielles qui ont été constatées dans tous les camps. Chacun doit revenir à la raison et se concentrer sur le débat de société que ce projet suscite.

 

Le Collectif appelle à nouveau Thierry Carcenac à assumer ses responsabilités en tant que porteur du projet de barrage. C’est son mépris pour tous les avis défavorables, son refus du dialogue et son passage en force pour défricher la zone humide qui ont entraîné de telles tensions. Six opposants sont en grève de la faim, certains depuis plus de 3 semaines, pour obtenir des réponses sur le projet et un débat contradictoire. Pourquoi Thierry Carcenac reste-il insensible à tant de souffrances et de violences ?

 

Contact médias : Ben Lefetey 06 99 26 60 66

 

 



Les réactions

Avatar Jean François WOLFF

Au nom du collectif francilien de soutien aux opposants au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, je vous assure de notre plus entière empathie, après le saccage que vient de subir la zone magnifique pour laquelle vous allez continuer de vous battre.
Nous, hier, nous tenions, dans le Val d’Oise, un stand sur le lieu de rassemblement organisé par Alternatiba Gonesse pour s’opposer au projet de bétonnage d’environ 4500 ha parmi les meilleures terres arables de France (Bassin Parisien, au nord de Paris, à côté de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle). C’est le projet « Europacity », avec des intentions délirantes, parmi lesquelles une piste de ski (Si, si !!!....), avec tout ce que cela comporterait d’énergivore et d’argentivore, à un moment où les ressources de la Planète sont plus que jamais menacées.
De la part des autres associations ou collectifs présents sur le site,venus parfois d’autres régions, mais aussi de la part de la plupart des « simples » visiteurs, nous avons pu constater avec plaisir que très rares étaient ceux qui n’avaient pas du tout entendu parler de votre lutte.

Et dans notre collectif cité plus haut, ce ne serait pas l’envie qui manquerait à plusieurs d’entre nous de fonder un comité francilien de soutien à la zone (encore !...) humide du Testet. Malheureusement, nous sommes déjà très pris par notre propre collectif et par de nombreux problèmes matériels à affronter, ainsi que par notre engagement dans le soutien de collectifs qui se battent en Ile de France contre une quinzaine d’autres grands projets inutiles et imposés.
Cependant nous n’en sommes pas restés à ce constat, et avons décidé de faire mercredi prochain une réunion du collectif NDDL IDF pour quelles actions nous pourrions faire rapidement sur Paris afin de vous soutenir (Ne serait ce qu’une simple distribution de tracts faisant connaître le projet de barrage en plusieurs points de la capitale)
Je suis donc très heureux de pouvoir vous témoigner ainsi que, outre la diffusion par internet sur nos listes de contacts, notre soutien s’efforce de se concrétiser autant que peut le permettre notre éloignement du Tarn!...

Par contre, et à partir d’ici je ne parle plus qu’en mon nom propre, j’avoue que votre présent communiqué, le dernier en date si je ne me trompe pas, me gêne sur deux points quine me semblent pas du tout anodins, et ceci au niveau du 2è paragraphe d’une part, et du 4è paragraphe d’autre part (le 2è sous la photo) :
1er point : vous faites comme si la zone humide du Testet était définitivement morte. Or elle ne l’est pas tant que le décapage du sol n’a pas eu lieu !!!...J’aurais aimé qu’au lieu de croix funèbres, vous vous rassembliez avec des symboles et des déclarations affirmant bien haut et bien fort que la lutte va continuer de plus belle. Un peu partout en France maintenant on parle de vous, je l’ai dit plus haut !...Vous êtes de plus en plus soutenus, et pas seulement dans votre département !....Je ne suis pas technicien en la matière, mais je pense qu’un décapage du sol jusqu’à la roche mère sera quand même beaucoup plus long à mener jusqu’au bout que l’abattage de 29 ha d’arbres !!!...Et ça leur sera encore plus difficile si vous vous opposez avec encore plus de déterminationque pour la « 1ère manche ». Comme disait De Gaulle (pardon pour ceux que cette référence historique froisserait….) :
VOUS AVEZ PERDU UNE BATAILLE (ET ENCORE, CA DEPEND A QUEL POINT DE VUE L’ON SE PLACE !...) MAIS PAS DU TOUT LA GUERRE !...Et cette 2è bataille, ils auront d’autant plus de mal à la gagner qu’entre-temps la médiatisation et le soutien d’une partie de l’opinion publique se sont sensiblement étendus !!!.....

Ce qui me gêne dans votre communiqué, c’est qu’on a un peu l’impression que vous partez battus, et que la seule chose qui importe encore, c’est de « ramener la paix » !!!...Or, battus, vous ne l’êtes pas, et ça ne dépend que de la détermination des 2 collectifs.
Ceci m’amène au 2è point :
Vous déplorez les violences, ce qui se comprend, mais en renvoyant un peu dos à dos les forces du désordre (Comment appeler autrement une police « nationale » soumise aux intentions d’un groupe d’affairistes et de technocrates sans âme ?!....)
Or, j’ai suffisamment suivi le déroulement des événements pour dire qu’à la base, les zadistes ne cherchaient pas la violence. Ils voulaient résister physiquement comme on peut le faire conformément aux règles et à l’éthique de la désobéissance civile, c'est-à-dire en allant jusqu’à exposer son corps : enterrement à mi-corps sur le chemin des machines, plates formes dans les arbres….Mais ce n’est pas eux qui ont commencé la violence !!!.....
La police, en l’utilisant, et de très loin la 1ère, avait 2 buts : 1) Passer en force 2) Obliger les opposants à riposter, par exaspération, pour qu’on puisse dire après que la violence avait été des 2 côtés.
Je trouve que dans votre communiqué, vous êtes un peu tombé dans ce panneau !!!.....
Heureusement que la dernière phrase sur ce sujet :
« C’est son mépris pour tous les avis défavorables, son refus du dialogue et son passage en force pour défricher la zone humide qui ont entraîné de telles tensions » réhabilite un peu le fond de la vérité en faveur des opposants directs sur le terrain !!!....

Vous faites un appel au calme à l’adresse des 2 camps. Mais vous savez très bien que le camp qui est près à détruire complètement une zone inestimable sur le plan écologique n’a que faire de la paix et du calme !!! La seule chose qui l’intéresse vraiment, C’EST DE GAGNER !…..
Ils ont piétiné des arbres fraîchement plantés, souvent par des enfants, lors d’un précédent pique nique, ils arracheront encore plus facilement les croix symboliques que vous avez mises hier !.... Ils se moquent de tout ça parce que, étant « du côté du plus fort », ils pensent qu’ils seront forcément les plus fort et auront le dernier mot. Ce qui les intéresse, ce n’est pas le retour au calme et la possibilité de se passer de la violence. Pour le conseil général et ceux qui sont derrière, ce serait la « cerise sur le gâteau ». Mais le CG est prêt, j’en ai l’intime conviction à recourir de nouveau à la même brutalité si il l’estime nécessaire pour l’emporter.
Je suis convaincu, vu la récente tournure que prend la situation, que ça peut se terminer pour les « décideurs » comme à Notre Dame des Landes : une guerre d’usure, un bourbier, un enlisement qui, avec l’indignation que suscitent de plus en plus leurs agissements, va finir par se retourner contre eux et les obliger à renoncer, en dépit de multes faux semblants pour ne « pas perdre la face ».
A vous de saisir, sans plus tarder, cette opportunité, en commençant, déjà, par « partir gagnant » et, dans la foulée, à mettre le rapport de force en votre faveur.
C’est comme ça que ça a marché à Notre Dame des Landes et partout où la société civile et a gagné contre l’arbitraire.
Vous ne pourrez pas « échapper à la règle ».
Excusez moi, mais contrairement à ce que j'avais promis, les événements et la teneur de votre communiqué m'ont obligé à être encore très long.

Le 22-09-2014 à 11:35:53

Avatar cottin

C'est avec des armes qu'il aurait fallut déloger les CRS .

Et le ministère de écologie, il est ou??A part au resto

Le 22-09-2014 à 14:25:02

Avatar galafe

Merci pour votre commentaire Jean François.
Il est bon de rappeler que les adversaires aux opposants au barrage ne comprennent qu'une seule chose, le rapport de force. C'est triste à dire mais le pouvoir ne comprend que ça et n'a que faire du reste.
Avec eux, la violence est malheureusement inévitable. Il ne faut pas être effrayé.... mais juste plus nombreux, beaucoup plus nombreux... pour que les petits hommes en noirs, dociles et faibles avec les forts, se calment et que leurs maïtres doutent de leur pouvoir que nous leur avons donné et dont ils abusent pour leur propre intérêt.

Persévérons !

Le 22-09-2014 à 18:25:49

Avatar Tidan

Pour répondre aux commentaires de Jean-François, Cottin et Galafe : regardez Gandhi et Mandela : s'ils avaient opposé la violence à la violence, ils auraient été tout simplement détruits. L'escalade de violence ne pourra jamais résoudre une conflit, elle ne fait que l'envenimer. A contrario, la force determinée, non violente, partagée par un grand nombre, permettra de paralyser la violence. Elle évitera aussi de justifier les violences des "forces de l'ordre" en réponse à des scènes "d'émeutes", médiatisées dans le but faire peur.
Bravo aux deux collectifs (les bouilles et le Testet) pour avoir réussi une conciliation avec les éleveurs locaux. Espérons que cela soit efficace dans l'avenir.
De ce que j'ai lu, personne dans les deux collectifs ne dit qu'ils vont lacher. mais il faut être conscient : la zone humide, la flore et la faune qui s'y trouvaient ont bel et bien été saccagées. L'absence des arbres ne permettra plus une "renaissance" à l'dentique (au moins à une échéance d'une 50aine d'année, même s'il n'y a pas de desouchage. Ceci étant, ce n'est pas pour cela qu'il faut arrêter la lutte, toute aussi importante contre la deuxième phase qui consiste à réaliser le barrage.
Vous continuez et c'est très bien. La convergence des luttes, NDDL, barrage de Sivens, usine des milles vaches, ...et tous les grands projets inutiles, s'accélère et finira par donner naissance à quelque chose de cohérent et de puissant. C'est ce qu'on peut espérer pour nos enfants

Le 22-09-2014 à 21:46:07

Avatar WOLFF Jean François

Je ne prône pas la violence. Je dis, ce qui n'est pas la même chose, qu'il faut que le rapport de force soit en notre faveur, car on ne les apitoiera pas tant qu'ils se sentiront vraiment forts.
Pour cela, il ne s'agit pas de chercher l'affrontement par des provocations débiles, mais d'être toujours présent, et en nombre sur le terrain. Et s'en donner les moyens en évitant de se disperser dans des parades symboliques qui les laissent complètement indifférents.
Maintenant qu'ils ne sont plus là, prévoir de manière très concrète la réoccupation, et comment les empêcher de commencer le décapage, de manière non violente contre les personnes, mais pas forcément contre les machines!.... Même l'Abbé Pierre a fait du sabotage pendant la Résistance. Mais, que je sache, il n'a jamais tué ni même blessé personne.

Le 24-09-2014 à 09:52:17

Avatar WOLFF Jean François

Pour le reste de mes propositions, je vous renvoie à tout ce que j'ai déjà dit avant.

Le 24-09-2014 à 09:54:33

Réagir


CAPTCHA