Thierry Carcenac continue à mentir pour fuir le débat contradictoire réclamé par les grévistes

Gaillac, 26 septembre 2014

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 Thierry Carcenac continue à mentir pour fuir

le débat contradictoire réclamé par les grévistes de la faim

 

Thierry Carcenac a écrit aux grévistes de la faim. Il se dit prêt à échanger avec le Collectif « lorsque les conclusions des experts du MEDDE seront connues ». Pourquoi repousser une fois de plus le débat contradictoire et à une date inconnue puisque la durée de la mission d’expertise est incertaine ? Il semble même que les conclusions ne seront pas publiques mais seulement destinées à la Ministre.

 

Dans tous les cas, ce que le Collectif réclame depuis un an, sans succès malgré 4 semaines de grève de la faim pour certains membres, c’est un débat contradictoire avec le Conseil Général sur ses arguments en faveur du projet et sur les raisons pour lesquels il a passé outre tous les avis défavorables. Est-ce pour masquer qu’il n’a pas d’arguments sérieux que Thierry Carcenac veut orienter les échanges sur les conclusions des experts ? Et qu’il refuse toujours de répondre aux questions du Collectif sur le projet (nombre d’irrigants intéressés, surfaces irriguées, étude sur le soutien d’étiage, montants pris en charge par les contribuables, etc…) ? 

 

Il est insupportable que le Président du Conseil Général continue à faire croire qu’un débat contradictoire a eu lieu lors de l’enquête publique fin 2012. Lors des enquêtes publiques, aucune réunion publique n’était prévue par le Conseil Général et comme le compte-rendu officiel le stipule, c’était « une réunion qui est organisée à l'initiative expresse de la commission d’enquête » « compte tenu de la sensibilité du projet ».

 

Durant cette réunion d’information du public, le 10/09/12, le CG81 et la CACG présentaient le projet à la tribune et le public pouvait poser des questions ensuite. Cela ne peut pas s’apparenter à un débat contradictoire d’autant plus que cela faisait seulement 7 jours que le public avait connaissance des centaines de pages du dossier d’enquête. Le plus scandaleux étant que les avis défavorables de l’ONEMA ne figuraient pas au dossier, ni le Plan de Gestion des Etiages du Tescou (2003), ni le rapport de la CACG qui a recommandé de réaliser le barrage de Sivens (2001) ni son « actualisation » en 2009…

 

Aujourd’hui, le Collectif a pu analyser tous ces documents fondamentaux pour comprendre les calculs de la CACG et les nombreux avis défavorables (ONEMA, scientifiques du CSRPN, experts du CNPN, Fédération de Pêche…) permettent d’éclairer les citoyens sur les impacts négatifs de ce projet. Maintenant que des citoyens, notamment ceux de notre Collectif, sont bien informés et en capacité d’argumenter, le Conseil Général a peur de débattre avec eux et invente n’importe quels prétextes pour fuir…

 

Parmi les prétextes fallacieux, Thierry Carcenac accuse le Collectif de ne pas avoir « condamné les dégradations et les violences commises par des opposants au projet ». Thierry Carcenac porte ainsi de graves accusations sans être capable de les démontrer puisque la justice a relaxé les opposants sur ce type de faits à part lors de son jugement injuste du 17/09 qui fait évidemment l’objet d’un appel. Rien n’indique aujourd’hui que les dégradations constatées (tags sur des bus du Tarn et au sein du CG, etc) aient été réalisées par des opposants, par des provocateurs ou par des forces de l’ordre infiltrées comme cela s’est vu ailleurs…

 

Après plusieurs interventions dans les médias appelant chaque camp à l’apaisement, le Collectif a réaffirmé, dans un communiqué le 20/09/14, qu’il « condamne fermement tous les actes de violence, physique et matérielle, d’où qu’ils viennent et appelle tous les acteurs (opposants et partisans du barrage, riverains, élus…) à l’apaisement ». Pour sa part, le CG condamne volontiers les violences d’opposants mais pas celles venant de partisans du projet, de riverains ou de forces de l’ordre qui, elles, ont pourtant fait de nombreuses victimes réelles (près d’une vingtaine d’opposants ont été blessés depuis fin aout). Il importe de rappeler que les premiers actes violents ont été opérés le 23/01/14 par une vingtaine de pro-barrages, certains cagoulés, qui sont venus saccager la ferme occupée et restaurée par des opposants. Cette opération commando n’a pas été condamnée publiquement par le Conseil Général pourtant propriétaire de la ferme Métairie Neuve.

 

Le Collectif considère que c’est le mépris du Conseil Général pour tous les avis défavorables, son refus du dialogue et son passage en force qui ont entraîné de telles tensions. Avec les grévistes de la faim, le Collectif l’appelle à nouveau à accepter de participer à un débat contradictoire dans les meilleurs délais.

 

Contact médias : Ben Lefetey 06 99 26 60 66

 

 


Le Collectif bénéficie du soutien financier de la Fondation pour une Terre Humaine pour l'aider à mener à bien la mobilisation publique et médiatique nécessaire à la sauvegarde de la zone humide du Testet.



Les réactions

Avatar LEBLANC René

le plus affligeant est que tous ces élus méprisants et menteurs ne seront demain ni responsables ni coupables de leurs turpitudes d'aujourd'hui. Et pourtant, très prochainement, la nature prouvera que seules leurs intérêts personnels et ceux des lobbys affairistes qu'ils soutiennent guidaient leurs décisions d'aujourd'hui. I ce ne sont que des fossoyeurs de l'Humanité. De bien tristes sires en somme.

Le 27-09-2014 à 09:49:46

Avatar Bernard Guillot

Nous ne sommes pas en démocratie. En démocratie, c'est le peuple qui décide, et les responsables qui exécutent. Tout l'inverse de ce qui se passe en ce moment. Apprêtons-nous à changer cela, c'est-à-dire, à instaurer une vraie démocratie.

Le 30-09-2014 à 12:28:51

Avatar mon NON !

Seulement "en ce moment" Bernard Guillot ?
Tant qu'il y aura des élus, ce sera corrompu .
Pouvoir => abus de pouvoir ! Bonjour les dégâts !

« C’est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. » Montesquieu.

D'accord pour changer évidemment ! Comment ?

- Ne plus croire les promesses des prétendants. N'attends RIEN d'un élu car il règne pour son plaisir personnel, qui devient très vite sans limite.
- On ne devrait payer un élu qu'une fois ses promesses tenues.Sinon niet ! Il y aurait moins de candidats...
- On doit usiner à construire une société adulte : démocratie participative, ou mieux: Anarchie. "L'anarchie, c'est l'ordre sans le pouvoir."
- Supprimer le pouvoir, instaurer le service

Le 30-09-2014 à 15:39:00

Avatar VP

Que ce soit dans le Tarn ou ailleurs, il existe une "espèce protégée" qui usurpe sans vergogne ce statut. Aveugle et cupide, elle prospère au sein de la fourmilière politicienne.

Le 01-10-2014 à 16:18:05

Réagir


CAPTCHA