Le Conseil Général s’obstine dans la mauvaise direction

Gaillac, 6 mars 2015

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le Conseil Général s’obstine dans la mauvaise direction

 

Les 43 conseillers généraux qui avaient refusé le dialogue aux opposants au barrage de Sivens sont à nouveau restés sourds aux demandes du Collectif Testet, de FNE Midi-Pyrénées et de la Confédération Paysanne. Depuis l’annonce par la Ministre chargé de l’écologie, le 19/01/15, de son souhait que le Conseil Général abandonne le projet initial, ces organisations ont demandé aux élus de ne pas se prononcer dès maintenant sur les options proposées par les experts et la Ministre. En effet, pourquoi se précipiter dès maintenant sur le choix d’un nouvel ouvrage alors que plus de 2 millions de M3 de stockage d’eau sur le bassin du Tescou ne sont pas utilisés chaque année ? Est-ce une bonne gestion des fonds publics de vouloir construire un nouvel ouvrage avant même de vérifier si l‘on peut optimiser l’existant ? Cette solution est pourtant la plus rapide (dès la saison d’irrigation 2015), la moins chère et la moins impactante pour l’environnement.

 

Pire, les élus ne semblent pas vouloir passer des contrats d’achat d’eau, dans les prochains mois, avec des propriétaires de réserves sous-utilisées comme le recommandaient pourtant, avec bon sens, les experts dans le dernier rapport. Comment comprendre la colère d’agriculteurs revendiquant des besoins d’eau quand ils refusent d’utiliser rapidement l’eau qui dort chaque année dans les retenues collinaires de leurs voisins ? Les organisations opposées au barrage ne s’opposent pas à un nouvel ouvrage mais l’accepteront seulement si des études complémentaires concluent de manière objective que l’existant sous-utilisé et les pratiques économes en eau ne sont pas suffisants. Dans ce cas, c’est la retenue collinaire sur le site la Bayssière (sortie de Sivens) qui serait prioritaire puisque peu impactant sur l’environnement et la moins chère.

 

Ségolène Royal et ses experts n’ont pas été beaucoup plus entendus par les élus qui sont pourtant majoritairement de la même famille politique que la Ministre. Dans la délibération, le redimensionnement n’est pas précisé ni la localisation de l’ouvrage en dehors du fait qu’il sera sur « la zone du projet ». Afin de minimiser l’impact sur la zone humide et d’éviter des travaux là où Rémi Fraisse a été tué, la Ministre soutenait l’idée de reculer l’ouvrage de 300m. Les 43 élus ne s’engagent pas dans ce sens. Cela crée aussi un doute sur la volonté du Conseil Général de réhabiliter la zone humide là où aucun scénario de travaux n’était envisagé par la Ministre et où le terrassement et les fossés la menacent d’assèchement dès le printemps. Par ailleurs, leur délibération va-t-elle lever la procédure d’infraction lancée par la Commission européenne contre la France ?

 

La délibération proposée par Thierry Carcenac affirme que le projet de territoire pour l’avenir de l’agriculture « repose nécessairement sur un apport en eau à partir d’un stockage hivernal ». Ceci est totalement contraire aux conclusions des experts et des différents participants au processus de dialogue engagé en novembre 2014. Les experts préconisent qu’« il faut poursuivre au plan local l’écriture du projet de territoire » qui repose « sur des productions à forte valeur ajoutée et génératrices d’emploi local, et sur le renforcement des circuits de proximité ». Dans la note de 15 pages envoyée à la Ministre le 16/01/15, les propositions de nos organisations sur ce point essentiel sont détaillées.

 

L’abandon du projet initial doit entraîner la dénonciation de la convention publique d’aménagement que le Conseil général a signé avec la CACG en date du 4 août 2008. La délibération votée ce jour parle de transaction avec l’Etat, la Ministre s’étant engagée à ce que l’Etat prenne en charge les conséquences financières. Nous refusons que l’argent des contribuables serve à compenser les erreurs et le conflit d’intérêt de la CACG qui sont à l’origine de toute cette crise. Nous espérons que la prochaine assemblée départementale, qui sera forcément différente de celle-ci, saura enfin écouter nos organisations, légitimées par les experts et la Commission européenne, sinon la « crise de Sivens » risque de durer malheureusement encore longtemps.

 

Contacts : Christian Conrad : 0670053118 / Françoise Blandel : 0602319690 / Grégory Dhoye : 0668489610

 



Les réactions

Avatar Jean François WOLFF

Comment se fait-il qu'il n'y ait pas eu de communiqué de presse, même rédigé en hâte, après l'expulsion brutale de la ZAD hier, alors même que votre tout dernier communiqué est en date de ce même jour?!....
Vous qui vous êtes toujours montrés plutôt solidaires et empathiques vis à vis des zadistes, les soutiens à l'opposition au barrage, atterrés par ce qui vient de se passer, auraient aimé qu'il y ait tout de suite un écho de votre part!....
Ne tardez pas, quitte à laisser passer des coquilles qu'on vous pardonnera bien volontiers, car si votre silence persistait à ce sujet, il deviendrait vite assourdissant!...Laissez cet état de fait pitoyable aux grands médias à la solde du néolibéralisme!....

Le 07-03-2015 à 08:10:35

Avatar BUJEAU GERARD

Hier, 06/3, je suis tombé par hasard dur RMC (Emission de Brunet 13h 0 14 h), Mon appel n'a pas pas été pris en compte, compte tenu de la file d'attente.
C'est un exemple ahurissant de média manipulateur et "toxique".
L'animateur Brunet a pris d'emblée la position d'être pour l'expulsion des zadistes (c'était en pleine expulsion! ) et a demandé aux auditeurs de voter pour ou contre.
Focalisnt sur l'expulsion, Brunet n'a présenté aucun des enjeux de ce projet; il a raillé les auditeurs opposés à l'expulsion, écouté et prolongé les interventions des pro-expulsion en émaillant ses commentaires de petites phrases pernicieuses discréditant les anti-expulsion et renouvelant de temps en temps sa propre position de pro-expulsion. Tout au long de l'émission, il faisait appel aux chiffres du "soit disant vote" qui montait inexorablement pour atteindre 95 % de pro-expulsion, en fin d'émission.Je n'ai jamais entendu un média aussi pourri.
L'émission terminée, j'ai appelé la rédaction pour exprimer mon désaccord sur cette façon "d'informer"; on a pris mes coordonnées en disant que la rédaction me rappellerait : silence, pas de rappel.
Le pouvoir, on le voit pour d'autres grand médias, met l'embargo sur les expressions citoyennes :belle réussite pour lui et en plus,certains comme RMC ont des serviteurs hyper zélés! C'est très grave.
Solidaire avec vous pour continuer le combat chez vous et ailleurs, à Notre Dame des landes, près de chez moi.

Le 07-03-2015 à 10:09:59

Avatar Elisabeth CARLIER

Sympathisante de votre collectif sur le fond et sur la forme de votre opposition à ce projet depuis si longtemps... au delà du communiqué de presse qui me paraît clair j'aimerai en savoir plus sur la suite. Quelle position dans l'immédiat sur l'expulsion de la ZAD et ses suites, sur le projet maintenant et après les élections départementales... comment, où vous rejoindre pour continuer à suivre de près ce dossier et vous aider à faire entendre votre voix, votre expertise, vos arguments qui, même si c'est loin d'être satisfaisant, ont été en partie entendus par les experts, par les élus... qui malgré tout, malgré eux vous donnent raison.

Le 07-03-2015 à 22:15:52

Avatar zaza

Ils le feront leur stupide barrage, car si ils ne le faisaient pas ,cela voudrait dire que les zadistes qui défit le pouvoir et autorité publique gagnent,et donc l’état perd en crédibilité.
La question à résoudre ,et de trouver une solution pour ces consanguins agriculteurs?
Et encore ,on a de la chance, on serait en chine ou je ne sais ou,ce serait a coup d'armée et arme qu'il aurait dégagé tous le monde.
Zadiste vaincra comme Gandhi l'a fait.

Le 08-03-2015 à 11:17:42

Avatar Gaillac

Le commentaire de José Bové laisse entendre que l'option choisie pour la retenue d'eau telle qu'elle a été votée par le CG81 vendredi ne pourra être réalisée pour des raisons juridiques.
On n'a pas de mal à imaginer l'état d'esprit de l'assemblée du Conseil Général pour cet ultime vote, sans conviction, mais pour s'en débarrasser et sur instructions du ministère de l'Environnement. Après eux le déluge !... Les suivants n'en n'ont pas fini avec ce "bâton merdeux".

Le 08-03-2015 à 18:51:11

Avatar Claude MARC

Que répondez-vous au texte de Bernard Viguié sur son blog de Mediapart ?

Voir le lien ci-dessous

http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-viguie/060315/sivens-comment-lopposition-au-barrage-sest-faite-embarquer

Le 09-03-2015 à 09:05:40

Avatar chantal Demonsant

Aucune parole de votre part , sur l'expulsion honteuse ,plusieurs fois répétée,à Sivens,à Gaillac place de la Liberté(!),auprès du camp d'enfermement de Brens,à Lisle sur Tarn ,des derniers résistants-zadistes , eux qui sur le terrain, dans des conditions extrêmement difficiles ont permis que le barrage de Sivens soit devenu le symbole d'ne abbération politique et écologique ! Votre silence dessert votre action et celle des zadistes, auprès de beaucoup de personnes qui étaient favorables à la cause!!!C'est fort regrettable,en ces temps de division orchestrée!!!

Le 09-03-2015 à 09:08:11

Avatar Gavroche

La lutte contre les projets du capitalisme ne pourra se faire avec les alliés du capitalisme
https://nantes.indymedia.org/articles/31182

Le 09-03-2015 à 13:25:08

Avatar petetin eric

Est il vrai que le collectif humide du Testet n'a pas réagi et encore moins condamné vigoureusement l'expulsion manu miltari des Zadistes de Sivens???
Cela me semble tellement grave que je ne veux pas le croire,vite rassurez moi,même si c'est déjà très tard...

Le 10-03-2015 à 16:14:39

Avatar Philippe Revol

GARCEN'ac le 13 mars , candidat pour Albi 4
" Le barrage redimensionné sera réalisé sur la zone des travaux .Il n'y aura pas besoin d'une nouvelle DPU . Je rappelle qu'il s'agit d'une petite retenue "

Le 12-03-2015 à 19:09:42

Avatar Philippe revol

je conseille la lecture du canard enchainé ( pour rappel , l'hebdo n'est pas en ligne )

Le 12-03-2015 à 19:18:09

Réagir


CAPTCHA