Compte-rendu de la conférence-débat de Marc DUFUMIER : « Crises agricoles et alimentaires : pourquoi la bio est une alternative »

Conférence-débat de Marc DUFUMIER

« Crises agricoles et alimentaires : pourquoi la bio est une alternative »

Lundi 21 septembre 2015 à Lisle-sur-Tarn

 

Compte-rendu

 

C’est l’un des effets de la crise agricole qui a fait l’actualité cet été : nombreuses sont les personnes, à commencer par les agriculteurs, qui s’interrogent sur l’évolution nécessaire dans l’agriculture et l’alimentation. Plus de 200 personnes sont ainsi venues écouter, lundi 21 septembre, le professeur d’agronomie Marc Dufumier dans la salle des fêtes de Lisle-sur-Tarn.

 

Le matin, celui-ci s’est rendu, avec plusieurs journalistes, à Beauvais sur Tescou pour la visite de la ferme sous label agriculture biologique (et mention Nature&Progrès) de Bruno Anglade et Fabienne Gomes. Dans un champ mélangeant sorgho et luzerne, Marc Dufumier a souligné la pertinence de leurs pratiques agricoles qui associent cultures et élevages (porcs gascons et vaches allaitantes) leur permettant d’être quasiment autonomes sur la ferme.(voir aussi article détaillé de la Dépêche du Midi)

 

C’est sur ces pionniers de l’agriculture biologique en France et dans le monde entier que cet expert s’est appuyé lors de sa conférence pour démontrer que l’agro-écologie est la solution pour mettre fin à l’utilisation des pesticides chimiques qui sont dangereux pour la santé, des agriculteurs comme des consommateurs.

 

Pour réduire la consommation de gaz et la dépendance vis-à-vis de la Russie, il suggère de remplacer les engrais chimiques par la mise en culture de légumineuses qui fertilisent naturellement les sols. Pour Marc Dufumier, l’agriculture biologique est aujourd’hui la plus proche de ce qu’il faut faire mais elle devra évoluer aussi pour utiliser intelligemment la biodiversité plutôt que d’utiliser des pesticides, fussent-ils naturels. Avoir des sols vivants, riches d’une faune importante, toujours couverts telle est sa devise. Ainsi, bien pourvus en matière organique, ils présentent une meilleure capacité de rétention en eau.  

 

Appliquée à l’ensemble de la planète, l’agro-écologie ferait baisser les rendements permis par l’agriculture industrielle et polluante et résoudrait l’effondrement des prix agricoles liés à la surproduction dans nos pays occidentaux. Mais les rendements augmenteraient dans les pays pauvres que Marc Dufumier parcourt régulièrement. Selon ses recherches à l’école d’agronomie AgroParisTech, l’agriculture biologique peut nourrir neuf milliards d’êtres humains en 2050.

 

Pour résoudre les crises agricoles et alimentaires en France, il préconise d’utiliser 1 des 9 milliards d’euros de la Politique agricole commune (PAC) pour aider la restauration collective (écoles, hôpitaux, entreprises…) à payer dignement des produits bios et locaux sans surcoût pour les consommateurs. Rémunérés pour leurs produits bios ou leurs services pour l’intérêt général (replantation de haies, agroforesterie, restauration des sols par le non labour et captage du CO2…), les agriculteurs retrouveraient ainsi leur fierté de jouer un rôle positif dans la société. Lors du débat qui a suivi, des agriculteurs bios, en conversion ou conventionnels sont intervenus sur des questions agronomiques ou sur les moyens actuels de se réorienter quand on est déjà surendettés.

 

Pour obtenir un changement de politique agricole et alimentaire, Marc Dufumier a recommandé l’union des forces dans la société civile au lieu de se critiquer mutuellement sur des initiatives qui évoluent positivement mais qui restent imparfaites. Un message qui arrive à point à l’aube des discussions, dans le cadre du nouveau projet de barrage à Sivens, sur l’avenir de l’agriculture sur le bassin du Tescou…

 

Marc Dufumier, est un agronome et enseignant-chercheur français à la chaire d’agriculture comparée et de développement agricole à AgroParisTech qu’il a dirigée de 2002 à sa retraite en 2011, et où il fut le successeur de René Dumont et de Marcel Mazoyer. Il a été impliqué dans la formulation, la mise en oeuvre et l’évaluation de nombreux projets et programmes de développement agricole, en France comme à l’étranger, notamment dans les pays du Sud (tiers-monde).

 

  

 

 

 

 

 



Les réactions

Avatar abricot

Bonjour, personnellement je pense que l'eau est source de vie et donc il faut la retenir dans des petits lac pour la faune la flore et les culture. Par ailleurs il ne faut pas mélanger une simple retenue d'eau et la politique agricole générale , hors sujet donc !

PS: ne pas censurer le mail !

Le 14-09-2015 à 08:35:06

Avatar Collectif Testet

Bonjour "abricot",
Merci pour votre message. Le projet de barrage de Sivens est présenté par le Conseil Départemental comme visant à assurer un avenir aux agriculteurs de la vallée du Tescou à travers la garantie de pouvoir irriguer même lors des années sèches. C'est une politique agricole locale. L'une des raisons pour lesquelles nous nous sommes opposés au projet est que nous considérons, comme beaucoup d'autres, notamment des scientifiques, que les pouvoirs publics doivent plutôt utiliser les fonds publics pour accompagner les agriculteurs vers de meilleurs pratiques agricoles. Voir nos propositions dans le menu à gauche. Cette conférence est donc tout à fait pertinente pour débattre de l'avenir de l'agriculture sur le bassin du Tescou.

Par ailleurs, nous considérons évidemment aussi que l'eau est source de vie y compris pour les zones humides et la biodiversité qu'elles abritent. Nous sommes favorables aux petites retenues. Le problème sur ce bassin est qu'il y en a déjà beaucoup qui sont désormais sous-utilisées donc le bon sens est d'optimiser celles-là avant de vouloir créer de nouveaux stockages comme un barrage à Sivens (voir notre communiqué de vendredi 11/9).
Enfin, nous ne comprenons pas votre "PS : ne pas censurer le mail !". Nous publions tous les commentaires s'ils ne sont pas injurieux.

Le 14-09-2015 à 21:54:07

Avatar Hema

Bonjour,
En effet, depuis que je suis ce sujet j'ai toujours compris que c'était dans un objectif majoritairement agricole. Bref... Merci pour la référence de ces livres. Pensez-vous proposer le visuelle de la présentation de la conférence après celle-ci ou la vidéo si cela est autorisé ? N'étant pas de la région cela m'intéresse quelque peu et cela intéresse tout le monde globalement je pense.

Le 21-09-2015 à 10:04:56

Avatar Darna Men

Bonjour,
Je souhaite savoir si vous aviez déjà pensé à inviter officiellement la FNSEA, le Préfet...etc....à vos films/conférences/débats ? Car il y aurait 1 impact médiatique important sur votre esprit d'ouverture, et en cas de refus de leur part, preuve indéniable de leur étroitesse fascisante !
Je pense notamment aux "Moissons du futur" que vous connaissez déjà certainement toutes et tous, mais pas ceux qui ne prennent pas le temps de sortir leurs têtes de leurs nombrils respectifs.

Le 19-10-2015 à 09:29:41

Réagir


CAPTCHA