Exemples de contradictions du CG 81

Le Conseil Général du Tarn en pleine contradiction !

 

Contradiction sur la protection des zones humides…

 

Le Conseil Général a créé, en 2007, un Pôle Départemental des Zones Humides, le premier en Midi-Pyrénées, avec pour objectifs de « Connaître et faire connaître les zones humides tarnaises » et de « Promouvoir leur gestion, leur protection et leur prise en compte dans les politiques publiques et initiatives privées. »

 

En 2013, le même Conseil Général décide de rayer de la carte une zone humide majeure du département… La zone humide du Testet (une vingtaine d’hectares) est un soutien naturel au débit d’étiage, épurateur, contributeur de la qualité de l’eau en aval. Selon la DREAL, elle fait partie «des zones humides majeures du département du point de vue de la biodiversité» et abrite, au moins, une cinquantaine d’espèces protégées (insectes, amphibiens, reptiles, chauve-souris, oiseaux…) au niveau national, voire européen. La construction du barrage « entrainerait directement par ennoiement la destruction de 12.7 ha de zones humides et, indirectement, la perte de fonctionnalité de 5,4 ha ».

 

Contradiction sur la gestion durable des forêts…

 

Dans l’Agenda 21 du département (2007), le Conseil Général indique vouloir « gérer les forêts départementales et le patrimoine biologique dans une perspective de développement durable.

 

En 2013, le même Conseil Général décide de défricher 29 ha de surfaces boisées (friches, peupleraies, vergers de résineux, taillis) sur des Espaces Boisés Classés et en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF de Sivens).

 

Contradiction sur les pratiques agricoles durables…

 

Dans l’Agenda 21 du département (2007), le Conseil Général indique que « Le Conseil Général est engagé dans le soutien d’une agriculture de qualité et respectueuse de l’environnement. Le secteur agricole est conscient de cet enjeu, en particulier sur les questions de préservation de la biodiversité, de gestion de l’eau ou de gestion des déchets ».

 

En 2013, le même Conseil Général décide de financer, comme maître d’ouvrage, un barrage destiné essentiellement à l’irrigation intensive (2000 à 2500 m3/ha) et qui va détruire une zone de biodiversité exceptionnelle reconnue par les pouvoirs publics et les scientifiques. Environ 30 Ha (y compris les compensations) de terres agricoles, avec des pratiques durables essentiellement, seront perdus.

 

Aller plus loin...

 

Voir des extraits de documents du CG 81 sur lesquels nous nous appuyons pour montrer la contradiction avec le projet de barrage de Sivens.

 

Télécharger la totalité de l'Agenda 21 du CG 81 (2007, 128 pages, 1.8 MO)

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Réagir


CAPTCHA