Sivens : Quand la milice pro-barrage fait la loi.

Mise à jour du 7 février 2015

Email au Préfet du Tarn

 


 

Dimanche 1er février étaient programmés à Sivens des évènements faisant échos à la journée mondiale des zones humides dont un repas partagé ainsi que des conférences et visites à thèmes avec des naturalistes bénévoles.

 

Seulement voilà, des pro-barrages en avaient décidé autrement. Rassemblés sous prétexte de manifestation de riverains, ils sont venus dans l'intention « ...de mettre une gifle à la journée mondiale des zones humides... » et « ...de bloquer la ZAD pour manifester et surtout pour montrer au gouvernement (leur) détermination pour expulser les zadistes et pour que la zad soit LIBÉRÉE. »

 

Ce sont là les propos relevés dans l' article « Dimanche 1er février, les riverains ont bloqués la ZAD », sur le site web anonymedes pro-barrages.

Le ton est donné. « ...prêts à faire respecter la loi », ils interdisent tout accès à la zone et par conséquent à la ZAD, en bloquant les routes et en patrouillant en quad sur les chemins.

 

« Si, après m’être présenté, j’ai pu débattre avec certaines personnes, je me suis fait insulter et menacer par quelques autres. Menaces verbales et menaces physiques. » écrit Patrick Rossignol venu participer à cette journée de découverte.

 

Devant cet état de fait, la préfecture a dépêché des Gendarmes Mobiles afin d'éviter un affrontement possible. Les comportements observés ensuite, les gendarmes discutant avec les pro-barrages de manière cordiale, la non réaction suite à la crevaison des quatre pneus du véhicule d'un opposant, mettent en évidence un parti-pris des forces de l'ordre (républicain?) contre les défenseurs de la zone humide et en faveur des pro-barrages.

 

Ce comportement ambigu de la gendarmerie a fait réagir des citoyens, des opposants au barrage, le Parti de Gauche Tarn et le NPA 81 dans un communiqué : « Pro-barrages et gendarmes, même combat ? »

 

Suite au bouclage de la zone, quelques opposants qui en ont la possibilité décident de se rassembler à Gaillac, chez un particulier. Suivis par des manifestants pro-barrages, ils sont menacés par ce qui ne peut être appelé autrement qu'une milice «armée de barres de fer, manches de pioche ». Également à Gaillac, Patrick Rossignol, constatera, de retour à son véhicule, le pare-brise défoncé et la vitre de la portière droite descendue.

 

Son témoignage en document joint est un document qui relate et illustre en grande partie le déroulement de la journée de dimanche. Nous vous proposons également un texte remarquable, qu'il a écrit à froid après les évènements de dimanche, texte exprimant sa position de citoyen, d'élu en tant que maire de St Amancet (Tarn) et d'agriculteur, (maïsiculteur-irrigant) envers le projet de Sivens.

 

Cette journée sous tension démontre les clivages profonds entre des conceptions radicalement différentes de l'agriculture, entre des perceptions sociales aux philosophies fondamentalement opposées ainsi qu'à la façon d’appréhender les résolutions de ces conflits. Il est à espérer que la violence ne soit pas une fois de plus la méthode retenue par les partisans du barrage de Sivens.

 

Quelques liens vers des articles en rapport avec les évènements de dimanche :

Médiacit : Sivens : un journaliste de Médiacit agressé.

Reporterre : Sivens : les milices pro-barrage agissent dans l'impunité alors que l'expulsion de la Zad se dessine.

La Dépêche du Midi : Sivens : les pro-barrages poussent à l'évacuation des zadistes.

 

 



Les réactions

Avatar cordilhac

Vous avez l'air de découvrir que la force publique est du côté des milices !
Je crois qu'il ne faut pas remonter loin dans l'histoire pour le savoir ...
D'autre part vous en faites des tonnes MEDIATIQUEMENT à propos de ces conflits entre vous et les " pro-barrage " ; à ce jeu , vous risquez de perdre .
N'est-il pas possible de régler l'essentiel des conflits ( ne pas oublier l'esquive comme stratégie ...) HORS MEDIAS ?
Les " pro " en ont déjà assez fait pour se discréditer .
Parler et faire d'autres choses ...

Le 09-02-2015 à 11:40:01

Avatar jacky

Je fais circuler en esperant que cela reveille quelques consciences endormies.

Le 09-02-2015 à 14:32:00

Avatar Jean Paravis

http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_d'orientation_agricole
Je me suis battu pour que cette orientation ne soit pas l'agriculture de notre pays Je n'ai trouvé que des élus qui ont abondé majoritairement vers cette dérive
C'est avec des élus admis a notre cause que nous y arriveront ,si la corruption ne vient pas nous décevoir

Le 09-02-2015 à 15:11:46

Avatar RANDOLET Michel

Il est évident que les "pro-barrage" ont des "moyens incontestables" à leur
disposition:tout est mis en oeuvre pour que les "anti" prennent peur et lâchent
la partie,pendant que les "autorités" regardent ailleurs...Comme dit un prover
be:"Il faut éviter d'énerver les fous."Ceux qui emploient la force brutale pour
intimider les Zadistes n'abandonneront jamais la partie sans avoir montré leur
détermination la plus extrême...Ils aiment règner sans partage...Et d'autant
plus qu'ils bénéficient d'appuis non négligeables dans la sphère publique...Et la
justice ne fait que ce qu'elle peut...Alors,jusqu'où n'iront-ils pas...?

Le 09-02-2015 à 15:44:36

Avatar sylvie desvergnes

L'agriculture est au main de "maffias" qui empoisonnent et gonflent leur poches - tandis que de petits agriculteurs sur des terres pauvres continuent à se pendre de désespoir : tout est mensonge et désinformation
depuis l'après guerre, les subventions vont aux plus riches en tout bien tout honneur. La lutte est vraiment difficile : tant de haine et d'ignorance !

Le 09-02-2015 à 18:23:57

Avatar Olivier OTT

Les "probarrage" n'ont donc plus que l'argument de la force. Ils se révèlent tels qu'ils sont en révélant du même coup la violence du projet lui-même. Contre la nature et la vie.

Le 09-02-2015 à 18:30:14

Avatar thierry Guerin

je pense qu'il ne faut pas leur accorder trop d'importance et ils ne sont pas non plus au dessus des lois Françaises.
l'enjeu est de taille désormais et ils doivent respecter les conventions concernant les zones humides .....
les 3/4 de ces milieux ont disparu en France ,et à titre d'exemple même le marais poitevin a perdu son icône le butor étoilé et ainsi que plein d'autres espèces...
Nous avons le devoir moral de maintenir ce bien commun ,et tous les sites dans ce domaine sont importants même les plus modestes ....mares etc....
Qu'ils s'appellent" probarrage" ou autres bricoleurs qu'ils changent vite et qu'ils arrêtent tous de massacrer nos paysages , empoisonner nos rivières , brûler les terres , arracher les haies etc ..L'apprentissage sera long pour eux pour apprendre à respecter le monde du vivant mais c'est à mon avis le seul chemin possible et raisonnable pour demain. Voir aussi les engagements du grenelles de l'environnement et dans ce domaine aussi ça être intéressant de vérifier la véracité des promesses...

Le 09-02-2015 à 19:28:24

Avatar Stéphane Rousset

On retrouve ces "pseudos justiciers" avec des pancartes :"zadistes, djiadistes", ça vole pas très haut!

Le 09-02-2015 à 19:35:12

Avatar Jean-Nicolas AUDOUY

Le texte de Patrick Rossignol est exemplaire.
Tous les élus devraient prendre exemple et méditer son analyse.

Sinon, sur le fond, il est peut être temps de se poser la question de savoir si l'agriculture productiviste du Sud-Ouest (et de France et d'Europe et du monde) se pose la question de savoir si les choix culturaux qu'elle fait, avec des plantes demandant de l'eau en quantités à l'endroit même et au moment même où elle est plutôt rare, sont vraiment durables et adaptés tant écologiquement qu'économiquement.
Il est en effet certain que si on choisissait des cultures peu gourmandes en eau, on n'aurait pas besoin (ou beaucoup moins) de construire de barrages et par ricoché, il n'y aurait pas de redevance à payer pour les agriculteurs, ce qui augmenterait d'autant leurs marges.

Le bilan est déjà lourd l'échelle mondiale. On peut citer parmi les exemples les plus marquants la disparition de la Mer d'Aral suite au pompage sans limite dans l'Amou Daria et le Syr Daria pour cultiver du coton en plein désert, ou bien encore le fait que suite à la sur-exploitation de son eau, le fleuve Colorado n'atteint plus la mer de Cortez depuis plus de 20 ans.

Plus près de nous, la Garonne voit déjà près de 25% de son débit estival s'évaporer dans les champs de maïs et de tournesol, avec 20 à 25 m3/s de prélèvement au plus fort de la campagne d'irrigation estivale, quand son débit naturel à Agen est de 80 à 100 m3/s! Quand on sait que ce débit de 80-100 m3/s représente encore 20 à 25% du débit moyen annuel de 400 m3/s et est donc encore assez considérable pour l'étiage par rapport à beaucoup d'autres fleuves (grâce aux Pyrénées!), on ne peut s'empêcher de penser que quelque chose cloche quand certans considèrent que ce n'est pas assez et qu'il faudrait construire encore des barrages (Charlas et d'aures...) pour augmenter encore ce débit estival! Le bon sens voudrait plutôt qu'on essaie de limiter les prélèvements par de meilleurs choix de cultures plutôt qu'en dépensant toujours plus l'argent public pour bétonner toujours plus les cours d'eau et les réduire à l'état d'escalier de mares stagnantes.

Le 09-02-2015 à 20:56:26

Avatar Claude-Henry MARTIN

Tout est résumé dans la synthèse des commentaires présents à ce jour, en particulier ce qu'en dit Thierry Guérin .Tous ces pilleurs, destructeurs de la Nature éhontés ne sont donc pas capables de se représenter ce que va être la vie de leurs descendants dans une environnement dévasté et empoisonné .Soutenons donc, de notre mieux, cette lutte du pot de terre contre le pôt de fer.

Le 10-02-2015 à 08:13:55

Avatar Carlos Pereira

Lorsque il y interdiction de circuler , se sont les autorités qui le détermine Mais ici des voyous agressent et privent des riverains et des propriétaires de circuler librement . ils utilisent des méthodes de mafia, de voyous. D'après vos témoignages. ils menacent puis agressent. et terrorisent. Monsieur Caseneuve notre Ministre de l’intérieur déclare pourtant lutter contre les terroristes . Je n'y comprend plus rien. Je pense très souvent à Remi Fraisse. Bon courage

Le 10-02-2015 à 11:31:30

Avatar Emilie Swan

Que ce soit lors des manifestations de la FNSEA, les démonstrations de force des pro-barrages et des milices ou les blocages des pro-center parc de Roybon, on voit bien que l'Etat a pris le parti des lobbys et groupes réactionnaires. Ce qui se passe actuellement autour des ZAd, notamment l'action des milices, est très grave, mais je suis également écoeurée par le faible relais de la part des médias.
En tout cas, tout mon soutien au collectif !

Le 11-02-2015 à 15:25:41

Avatar chris

il est parut dans un JT que les syndicats des eaux sont representes que par vingt pour cent de particulier le reste des personnes c est Veolia les industries et les agriculteurs FNSEA

Le 11-02-2015 à 17:44:40

Avatar eliane LAPEROUSE

dans le Canard Enchainé de la semaine , je viens de lire que l'UMP accuse les écolos ( ou assoc environnementales ) de payer les zadistes pour occuper .J'ai bien rigolé ! J'ai regardé sur le site immonde des pro-barrages : pour l'instant, il n'accuse pas Mr Ben LEFETEY et d'autres de verser l'obole aux zadistes du Testet . Sachant que 75% des occupants ne mangent que des graines et des plantes, ne fument pas n ne boivent ni café ni thé ,, vous pourriez vous estimer dans la catégorie des chanceux .
En parcourant le site des gens grandement malades , j'ai eu la nausée .C'est creux , malsain , injurieux , haineux . Si ces personnes pouvaient se prendre dans les bras et tenter un travail de réconciliation avec eux- même ,elles donneraient un autre sens à leur existence que celui de la peur de l'autre . En fait, je les trouve vraiment effrayés et pitoyables . mais que fait donc le curé ?

Le 14-02-2015 à 16:06:34

Avatar genevieve desjobert

je ne peux pas me joindre à la Zad mais je peux participer au travail d'opinion dans le Tarn:tracts, porte-à-porte, rassemblements, interventions dans les quartiers populaires ...
dites-nous à quoi chacun pourrait s'employer
pas pleurer sur l'état, on sait vers où il penche

Le 16-02-2015 à 18:49:21

Avatar JOEL

Pour info, voici deux pages web éloquentes concernant la position de notre ministre de l’environnement au sujet des barrages à détruire et du respect de la loi de la protection de la nature

http://www.actu-environnement.com/ae/news/destruction-barrages-hydroelectriques-selune-royal-alternatives-23423.php4

http://www.aspas-nature.org/11025/chasse-aux-oies-segolene-donne-son-feu-vert-aux-braconniers/

Bon courage à tous

Le 19-02-2015 à 13:25:04

Avatar Jean Paul KIBUNGO

Courage confrères; mais soyez aussi prudent surtout que votre gouvernement semble mépriser le fait; il n'est est pas un ces genres d'autorités qui sacrifient leurs paisibles citoyens pour les intérêts égoïstes.

Bon Courage quand-même...

Le 21-02-2015 à 17:21:00

Avatar michelle andre

l'hiver sera un peu moins froid,les grues ont traversé le ciel avec leur cri,hier :ce que disait ma grand mère!

Le 24-02-2015 à 18:40:22

Avatar Moi et eux et les autres

Il s'est fait casser sa voiture.....
Ca paye(une infime partie) de tout ce qui a été cassé par ses collègues auparavant.
Quand on cherche on trouve faut pas s'étonner

Le 09-03-2015 à 14:02:58

Avatar vincent

bonjour , je suis très étonné de voir l’ampleur que prend cette histoire pour une surface qui si j'ai bien compris représente une quinzaine d'hectares ,alors que la ligne TGV Montpellier Perpignan va en engloutir plus de 3000 ,zone humides,garrigues,zone viticole AOP telle que celle du picpoul de Pinet et j'en passe ,et tout ça pour économiser au final sur le trajet Montpellier Barcelone une petite demie-heure,et nous coûter plusieurs centaines de millions d'euro, personne ne bronche , pas une manif rien ...si quelqu'un pouvait éclairer ma lanterne , merci .

Le 09-03-2015 à 18:10:24

Réagir


CAPTCHA