Nos 20 propositions pour réformer la démocratie participative

 

Télécharger nos 20 propositions

communes avec de nombreux autres Collectifs

en lutte contre des projets inutiles et imposés

 

Le 27 novembre 2014, après la mort de Rémi Fraisse à Sivens, le président de la République ouvrait la conférence environnementale en annonçant une « rénovation du débat public » qui associerait toutes les parties.


« Sivens exige donc d'accomplir des progrès supplémentaires dans la participation des citoyens dans l'élaboration de la décision publique. [...] Tout doit être fait pour que, sur chaque grand projet, tous les points de vue soient considérés, que toutes les alternatives soient posées, que tous les enjeux soient pris en compte, mais que l'intérêt général puisse être dégagé [...] J'ai demandé au gouvernement d'engager un chantier sur la démocratie participative de manière à ce que, sur les grands projets, nous puissions avoir toutes les garanties, et qu'il ne puisse plus y avoir de contestation avec des formes inacceptables de violence car la violence est toujours inacceptable. [...] Toutes les parties prenantes seront entendues et le Conseil national de la transition énergétique (sic) sera associé à cette réflexion.»

 

Ce chantier censé aboutir à des propositions au printemps prochain est en cours au Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, au sein notamment du Conseil National de la Transition Écologique (CNTE).Des auditions menées par le Sénateur Alain Richard sont prévues.

 

A ce jour, aucun des mouvements de lutte citoyenne contre des projets aussi divers qu'une Ligne Grande Vitesse, un aéroport, un barrage ou un Center Parc n'est reconnu par les autorités comme interlocuteur à part entière. Certains d'entre nous devaient cependant être auditionnés. Nous avons demandé à l'être de manière collective pour présenter une contribution sérieuse à partir des expériences très concrètes de terrain que nous vivons. Cette audition a eu lieu ce samedi 14 mars 2015 avec 13 mouvements représentés dont le Collectif Testet.

 

Une première série de 20 propositions a été remise, elle pourra être enrichie et complétée ultérieurement.

 

 



Les réactions

Avatar Elina

Vos propositions elles sont très belles, bien formulées, du beau travail vraiment. Cela servira peut-être un jour. Mais avec ce gouvernement y'a rien à attendre, ils se servent de vous comme paravent à leur incurie. Pire, ils en profitent pour faire des annonces vertueuses totalement vides. Et pour faire oublier le fait qu'ils se sont complètement couchés devant la FNSEA.
C'est pathétique.

Le 15-03-2015 à 09:48:27

Avatar pierre, vavasseur

il n'y a pas que les socialistes qui sont autistes devant les demandes et contres propositions des citoyens. Concernant la déviation de Canapville (ZAD de Deauville La Touque) le Conseil Général qui est UDI dont le projet s'est fait retoqué par Ségo qui ne voulait pas des gens du 93 sur la zone a mis fin au projet du CG par un simple courrier. Une solution d'aménagement et de régulation de la circulation automobile qui peut être mise en place pour le mois de mai n'est même pas reprise. Les élus considèrent le sujet clos, ont une attitude méprisante, car devant une solution aussi simple ...
Il n'y a pas de solution avec le pouvoir dans le contexte actuel car même lorsqu'ont leur sert la soupe, ils n'écoutent qu'eux mêmes. De lacher le pouvoir d'aménageur n'est pas encore dans leur neurone, de le partager va être une révolution qu'il va falloir leur faire faire. C'est le véritable objectif commun à tous

Le 16-03-2015 à 05:02:37

Avatar Michel

"..et qu'il ne puisse plus y avoir de contestation avec des formes inacceptables de violence.." J'informe Mr Le Président, de gauche, que les policiers (CRS et autres) sont tous formés à la non-violence, et la pratique férocement sur le terrain..
Bravo pour le les propositions, et on peut rêver qu'un jour..!
Hollande nous met le pays bas.
Effectivement, c'est pathétique.

Le 16-03-2015 à 05:03:50

Avatar Martine Laval

Si tout le monde pouvait réfléchir sainement comme vous et comprendre l'intérêt de la démocratie participative !
Seulement tous les politiques actuellement en place sont corrompus: leur démocratie est celle de la corruption à grande échelle, juste pour ceux qui veulent s'enrichir sur notre dos. Ils n'ont même plus conscience de la réalité: ils sont enfermés dans un monde virtuel qui leur permet de se prendre pour des dieux !!
Et ils osent parler de démocratie participative pour faire bien dans le décors !!
Il n'y a rien à attendre des escrocs de la FNSEA qui ne pensent qu'au fric, toujours plus de fric pour s'en foutre plein les poches avec le travail souterrain qu'ils font avec les promoteurs de tous bords ... même les agriculteurs qui y adhèrent seront les dindons de la farce !!
Et que font les pinocchios de l'INRA ???

Le 16-03-2015 à 05:13:03

Avatar Jean

Jean
Depuis le 8 Aout 1962 avec les «Loi complémentaires en agriculture» les agriculteurs sont entrés dans une économie productiviste et mondialisée , voulue par la F N S E A a l'époque , avec tous les Traités qui en ont découlé Il se trouve que l'on produit ailleurs meilleur marché et nos agriculteurs ne peuvent résoudre la chose du revenu qu'il leur faut pour vivre même avec des aides européennes "PRODUIRE PLUS " !!! toujours PLUS !!!avec des engrais des pesticides et beaucoup D'EAU !!!
En face une autre façon de voir les choses que je respecte tout a fait !!!!Mais il en est ainsi !!
Il faut se souvenir que nous sommes entrés dans une économie de libre concurrence non Faussée avec les produits agricoles qui se négocient en BOURSE ,comme pour tous les secteurs de l'économie
Je ne critique pas je constate !! Mais on se HAÏ pourquoi ??? Tout simplement a cause de l'ignorance !! Nous sommes entrés dans autre civilisation et personne ne se souvient de la part de responsabilité de chacun dans cette AVENTURE !!!!!!!!!

Le 16-03-2015 à 08:07:49

Avatar Jean François WOLFF

Oui, je reprends à mon compte tout ce qui vient d'être dit plus haut. J'ajoute simplement qu'on ne peut plus attendre grand chose, en effet, d'un état que celles et ceux qui sont censés le gérer au nom de leurs concitoyen(ne)s sont juste en train de transformer, lentement mais sûrement, en "république bananière"!....
La refondation, si refondation il y a, ne se fera pas par la classe politique qui nous "gouverne" (si on peut dire!...) actuellement.
Le changement se fera en dehors d'eux, ou il ne se fera pas. Il faudrait être naïf (et un peu trop "angélique") pour croire le contraire.

Le 16-03-2015 à 09:12:34

Avatar Jacques NICOLAS

Vu depuis la Belgique !
Je dis bravo à Martine LAVAL, c'est une "visionnaire">>>>>>>et dire que vos politiciens vous préparent le vote obligatoire ! (vu à la Télé )>>>>>Quand cela sera le cas , et que vous ne serez plus d'accord avec un projet ou autre, (parce que les référendums, c'est pas pour demain) on vous répondra que vous avez eu l'occasion de vous exprimer lors des scrutins et que maintenant il est trop tard pour réagir, que vous avez fait votre choix dans l'urne ! >>>>>>nous connaissons ce système en Belgique !
Il faut supprimer les partis traditionnels, repartir sur des bases saines, mais là est la difficulté, ce sont les politiciens qui font les lois, et ils les font principalement à ........leur avantage, pas au votre ! La Marseillaise ne clame t'elle pas haut et fort: Aux armes citoyens ?
Bref, en France on "galvaude" de l'argent public pour des projets qui ne tiennent pas la route - ce n'est pas mieux en Belgique !-, on détruit la nature à grand coup de pelles mécaniques, et quand tout a été bien démoli, les politiciens de "haut vol" >>>>>>>>pas des petits Carcenac du Tarn, non, les "Ministres" se rendent comptent que finalement tout n'est que mensonge et trucage pour octroyer des chantiers ........sous couvert politique régional à des compagnies, finalement pas trop honnêtes, elles qui font des études de faisabilité à leur avantage et s'attribuent le(s) marché(s) !
En attendant, la zone humide du Testet a été ravagée - j'y étais encore au printemps dernier - il faudra plus de trente année pour que cette zone humide redevienne ce qu'elle était ! Je ne la verrai plus jamais comme avant, j'ai plus de 60 ans !
J'y avais une belle station d'Orchis laxiflora, et mon ami Christian Conrad me l'avais faite voir d'un autre œil !
Mal au cœur, voilà en tant que belge, comment je puis m'exprimer.
JN

Le 16-03-2015 à 10:17:26

Avatar Michel ganseman

T'inquiéte Jacques, la relève est assurée,par tous ces jeunes zadistes et opposants de tout bord, preuves de leurs déterminations et courages devant la cupidité et le dictat de nos chers gouvernants.Utopie ou pas ,ces 20 propositions paraissent certes irréalisables dans ce contexte malsain qu'il soit économique ,social ,politique etc...mais elles sont et resteront une base pour reconstruire notre société qui par à la dérive

Le 16-03-2015 à 11:09:37

Avatar Roland

Bonjour a vous tous qui exprimez un ras le bol des gouvernances diverses et variés qui ce détériore depuis plus de 30 dernières années. La démocratie monarchique au pouvoir par délégation ne fonctionne plus par le fait qu'elle est devenue un business bien rémunéré établissant une nouvelle classe de privilégiés ce que le peuple n'a jamais voulu et que les politiques ont mis en place pour tromper leurs électeurs.
Nous voyons cela dans toutes les Pays dit démocratique actuel avec quelques exceptions très rare; de plus en plus les peuples commencent a manifester , il est a craindre que la transformation ne ce fasse pas sans douleur, ceux qui détiennent le pouvoir risquent d'utiliser la force pour garder leurs privilèges, l'histoire ce renouvelle encore et encore, la liberté a un prix, il va falloir savoir ce que nous voulons et en payer le prix?

Le 16-03-2015 à 11:50:39

Avatar Philippe RABATEL

Bonjour à toutes et à tous
Il n'y a pas de démocratie sans contre pouvoir. Les associations loi 1901 sont l'un de ces contre pouvoir. Il y a beaucoup de compétences et "d'experts" dans les associations. Celles ci, pourtant très nombreuses ne sont pas reconnues pour leur indépendance, leur créativité leur capacité d'innovation. La charte d'engagement réciproque entre l'Etat et les association (CPCA) est restée lettre morte parce que les associations font peur aux élus qui ne comprennent pas que le dialogue sera toujours une richesse pour la prise de décision. Cette peur repose sur la méconnaissance du monde associatif et sur la difficulté à envisager des partenariats de réciprocité. Certains élus sont des "barons" à l'esprit féodal mais ce n'est pas la majorité. Les associations, à leur tour ont des représentations sur le monde des élus, des entreprises qui ne sont pas toujours pertinentes. Le seul moyen d'avancer dans la démocratie, c'est la rencontre, le dialogue et l'élaboration collective de projets de développement. Il est nécessaire de se mettre autour de la table et de poser les problèmes et les solutions tout en gardant sa spécificité et en restant dans son champ de compétences.
Il existe pourtant des lieux où peuvent se rencontrer toutes les parties prenantes liées au développement des territoires. Ces espaces de concertation ne sont pas investis par les associations car la confiance a disparu. Ce sont les conseils de développement qui existaient dans les "Pays" (Loi Voynet). Aujourd'hui ils sont maintenus dans les communautés d'agglomération et les Pôles d'Equilibre Territoriaux et Ruraux. D'autres instances consultatives existent dans les communautés de communes.
Les associations y ont une place légitime. Il faut investir ce espaces.
La politique menée envers les associations d'intérêt général depuis de nombreuses années et le principe des appels d'offre ainsi que les missions d'intérêt général dédiées aux associations en contre partie de subventions publiques est préjudiciable à l'indépendance de celles-ci, pourtant nécessaire pour faire valoir des points de vue différents. Les associations de plus en plus professionnalisées deviennent souvent la courroie de transmission des politiques publiques et perdent leur capacité à proposer un autre regard sur le monde, sur la notion de progrès et de développement.
Il y a pourtant une multitude d'expériences positives sur les territoires mais cela reste confidentiel et ne circulent que dans les réseaux de citoyens déjà convaincus.
Le changement se fera sur le terrain et ne viendra d'en haut que lorsque l'action collective sera suffisamment importante pour interpeller réellement les élus. L'élu est devenu un gestionnaire et n'a plus la capacité à imaginer les changements sur le long terme.
Espérons maintenant que ce changement progressif et je dirai "progressiste" se fasse collectivement dans la concertation et l'engagement avant que ne vienne le chaos de toutes façons,inéducable.

Le 16-03-2015 à 17:10:51

Avatar JEAN

Jean
Vous émettez,tous des point de vue que je comprends !! a savoir que les politiques ne sont LA que pour être élus tout prix ,même avec avec des alliances antagonistes !! pour uniquement amuser le petit peuple SANS s'attaquer aux véritables problèmes ,et je les comprends !!
Car depuis le Traité de Maastrich 1992 le peuple de France a accepté cette nouvelle donne économique MAJORITAIREMENT !!!avec tous les Traités dûment signés par les élus que nous avons désignés
Dans tout le respect que j'ai pour vous TOUS ,je ne vois pas comment peut on changer de donne car nous sommes pris dans des obligations financières vis a vis de l'Union Européenne
Je dis cela pour ne pas en arriver a la Violence ,et fais confiance aux jeunes de ce pays !!!!

Le 16-03-2015 à 20:35:04

Avatar Heloise

Bonjour,
Bravo pour ce beau travail de construction d'une alternative participative.
Maintenant que ces propositions ont été remises et que vous avez été entendus, quelle est la suite annoncée pour la prise en compte de ces propositions coté gouvernement ?

Le 25-03-2015 à 08:53:31

Réagir


CAPTCHA